Quelques expressions françaises bien drôles…

Vous avez envie de briller en société et d’épater votre auditoire avec une petite expression marrante? Voici quelques exemples assez désopilants:

Pour une fille pas très « poitrinée » :

  • Plate comme une limande
  • Plate comme une affiche
  • Une planche à pain » (Sissii Biip Biip)
  • Deux lentilles posées sur une plaque de tôle.

A dire pour une fille un peu… »facile » :

  • Chaude comme une baraque à frites
  • Maquillée comme une voiture volée
  • Elle est plus facile à mettre sur le dos qu’une chèvre sur ses deux cornes
  • Elle a les yeux qui crient braguette
  • Elle a les yeux qui pissent l’amour
  • Habillée ras la salle de jeux
  • Elle ferait bander un mort
  • Elle a pas souvent assisté à une course de sperme mais elle a souvent donné le départ
  • Mettre un coup de polish dans l’arrière cuisine
  • Avoir l’abat-jour au ras de l’ampoule
  • Elle a les yeux qui pissent le cul en bidon de 20 litres

Expression populaire pour la grosse commission :

  • Avoir une balle dans le canon
  • Avoir la quiche au bord du four
  • Avoir le cigare au bord des lèvres
  • Avoir le Boeing en bout de piste
  • Avoir la taupe en haut du toboggan
  • Remettre en marche la machine à chocolat
  • Déposer des copains à la piscine
  • Libérer Mandela
  • Avoir la taupe qui frappe
  • Apprendre à nager à Surya Bonaly
  • Réciter du Didier Barbelivien (en cas de collique)
  • Déposer un bulletin dans l’urne
  • J’ai Kirikou sur le plongeoir
  • Couler un bronze
  • Refaire le crépis
  • Déposer le bilan

Avoir les idées pas claires :

  • Avoir du fromage blanc dans la tête.
  • Il neige sous le scalp…
  • Avoir le cerveau qui baigne dans de la confiture de coing.
  • Oublier sa tête sous l’oreiller.
  • Avoir des bulles sous le plafond.
  • Avoir du cambouis collé aux méninges.
  • Avoir la vitesse au point mort.
  • Avoir des glouglous dans la tête.
  • Avoir du cirage dans le ciboulot.

La paresse :

  • Avoir les neurones qui se tournent les pouces.
  • Bouillir d’apathie.
  • Commencer sa sieste dès le réveil et ne l’achever qu’au coucher.
  • S’activer en serrant les freins.
  • La stérilité du geste.
  • La contemplation dense de bulles.
  • Être mû par un trop-plein d’inertie sédentaire.