Blague raciste en politique

Voici un petit florilège de blagues racistes commises par les hommes politiques…

Hortefeux, Chirac, Macron, que ce soit en  dérapage contrôlé ou pas, ils ont osé le dire!

Honneur à Emmanuel Macron,  qui à peine monté sur le trône lâche à propos des Comoriens:

Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien.
Quand il y en a un ça va…

La sortie de Brice Hortefeux il y a quelques années, à l’université d’été de l’UMP.

George Frêche est quand à lui le champion toutes catégories de la réflexion raciste. En voici quelques exemples:

Dans cette équipe (de football), il y a neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu’il y en ait trois ou quatre. (…) S’il y en a autant, c’est parce que les Blancs sont nuls. (…) Bientôt, il y aura onze Blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine.

Alors qu’il inaugure la 1ère ligne de la ville, il sort à propos des maghrébins ces propos de très mauvais goût:

Ici, c’est le tunnel le plus long du monde: vous entrez en France et vous sortez à Ouarzazate.

En évoquant l’élection de Sarkozy, il sortira:

On avait jamais eu un président juif élu au suffrage universel. C’est un beau succès. Et en plus on a Kouchner en ministre des Affaires étrangères. Alors qu’est-ce que vous voulez de plus? Et je dis à mon ami Kouchner: quand est-ce que tu reconnais Jérusalem capitale d’Israël?

Allez, une petite dernière pour la route (bien cynique):

Là, les Catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais dans deux ans [pour les régionales], je vais me mettre à les aimer je vais y revenir je vais leur dire, mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon, ils diront: qu’il est intelligent, ils me pardonneront, ils en reprendront pour 6 ans.

 

Nous terminerons cet article avec le discours de Jacques Chirac sur « le bruit et l’odeur » devenu mythique…